samedi 8 octobre 2011

Mes maîtresses m’ont abandonnée

Cette semaine, mes maîtresses étaient si gentilles avec moi. Elles me donnaient plein de caresses et me cajolaient. Puis un monsieur est arrivé (c’est le fils de l’une de mes maîtresses, je crois). Il avait une grosse voix, était très ferme, mais en même temps très affectueux. Il discuta avec une de mes maîtresses puis il mit dans sa voiture mon bébé Charlotte, des jouets de la nourriture et ma maison. Je ne comprenais pas pourquoi il venait voler mes affaires. Puis ma maîtresse m’attacha à l’intérieur de sa voiture. Je croyais que c’était un jeu. Mais non, la voiture partie avec moi à son bord. ON M’A ABANDONNÉE À CE MONSIEUR. J’étais triste dans la voiture. Encore une fois j’allais devoir m’habituer à un nouveau maître et le travailler pour lui montrer c’est qui le patron. Ha, quelle affaire ! Mes maîtresses commençaient à peine à finalement me comprendre. Mais ce monsieur était finalement vraiment très gentil. Chez lui. Il a une compagne qui a un vraiment très gros bedon. Elle est toujours souriante, mais elle ne bouge pas tellement.

Mais le monsieur lui, ho que boy, il bouge et il bouge et il m’amène dans des champs, des bois, il me laisse jouer dans l’eau, il me tire la balle, me présente des enfants. Quelle journée j’ai passée ! Le soir venu, j’étais si fatiguée que je suis moi-même allée me coucher dans ma maison. Par contre, au début, lorsque je me promenais avec lui je n’étais pas très contente. Il ne me laissait pas tirer sur ma laisse. Il m’avait attachée à sa taille et je ne pouvais plus le diriger comme j’aime le faire avec mes maîtresses. Mais une fois rendu dans le parc, que j’ai eu du plaisir.

 Après deux jours de fun noir, le monsieur me remet dans sa voiture et nous repartons pour encore un autre voyage. Quelle surprise de revenir chez mes maîtresses ! Sur le coup, j’étais un peu triste que ce monsieur ne soit pas mon nouveau maître parce que lui il a TELLEMENT de temps à me consacrer, mais en même temps, je suis si contente de retrouver mes maîtresses. Je sautais de joie. Mais c’est fatigant de courir de même. Quelques minutes après mon arrivée, c’était plus fort que moi. Je me suis couchée illico et j’ai fait un de ces dodos dans lequel je me promène dans un grand champ avec plein de jolis trous d’eau et de belle bouette bien odorante. J’espère qu’il viendra me rechercher encore une fois pour un de ces voyages exaltants. C’est épuisant, mais j’ai eu TELLEMENT de fun…

1 commentaire:

  1. lol Charlotte tu es très drôle un baume sur nos vies d'humains :-)

    RépondreSupprimer

Merci de votre gentil commentaire

Wouf Wouf